Tout ce qu’il faut savoir sur la stratégie d’entreprise

La stratégie d’entreprise reste un monde complexe, où les conditions extérieures et le timing jouent un rôle majeur. Le marché, la réglementation, la concurrence, la maturité de l’entreprise ou encore la volonté doivent pousser à choisir telles ou telles autres stratégies.

Voici un peu de vulgarisation sur le sujet, permettant d’approcher les orientations prises ou à prendre en matière de stratégie d’entreprise.

Les stratégies d’entreprise répondent premièrement à trois logiques dominantes :

  • La logique de volume : l’augmentation des volumes est vue comme une nécessité pour exister en tant qu’acteur majeur dans son domaine d’activé ( démarrage d’activité, atteinte du point d’équilibre économique ou recherche de taille critique). Par exemple: croissance pour une start-up internet : Twitter n’est pas (encore) rentable mais possède un nombre potentiel de clients conséquents.
  • La logique de coût: L’amélioration des savoir-faire, la consolidation ( informatisation par ERP) ou leur renouveau, optimise la compétitivité de l’entreprise. Recherche du niveau technologique nécessaire pour rester dans le domaine d’activité. Par exemple: Niveau technologique pour développer de la vente en ligne. Automatisation/Robotisation de processus pour plus d’efficacité.
  • La logique Valeur ajoutée: La construction d’une offre originale, décalée, ou mieux encore, unique, donne à l’entreprise l’opportunité de valoriser son activité . Par exemple: développement d’une technologie innovante ou d’un produit incontournable. S’engouffrer dans un marché de niche pour se rendre indispensable à son client.

Suivant l’activation plus ou moins importantes de ces logiques, on va s’orienter vers différentes stratégies. Ces stratégies peuvent être transitoires, permettre un rebond rapide ou une vision de long terme.

*Stratégie de spécialisation:

L’entreprise active exclusivement le levier savoir-faire pour en faire son moteur principal. La maîtrise technologique ou physique rends le service ou le produit unique et donc positionne l’entreprise comme incontournable dans le paysage existant.

*Stratégie de différenciation:

L’entreprise utilise simultanément les leviers offre et savoir-faire afin de créer un domaine innovant sur lequel elle sera pionnière. Elle se positionne alors dans le champs des niches technologiques et a pour objectif de devenir le leader incontesté.

*Stratégie de d’indispensabilité:

Seul le levier offre est activé en vue d’en faire à lui seul une attractivité. Cette stratégie nécessite d’identifier les marchés inexplorés par la concurrence ( ou délaisser) et d’en déduire la seule offre existante par les clients.

*Stratégie de fonctionnalité:

Les leviers offre et clients sont utilisés. Les applications/produits de l’entreprise sont tour à tour modifiés pour intégrer ces nouvelles fonctionnalités. Les expériences utilisateurs permet de faire aboutir techniquement la solution et la réflexion stratégique, voire en sont à l’origine au sein d’espaces de co-reflexion.

*Stratégie d’expansion:

Dans cette phase stratégique, toute l’entreprise doit se concentrer sur le levier client afin de conquérir de nouveaux marchés ou de nouveaux services. On y retrouve bien entendu les possibilités d’internationalisation ou de croissance externe ( rachat de concurrents) .

*Stratégie de diversification:

L’entreprise va utiliser sa stratégie d’expansion en actionnant le levier savoir-faire. le but étant de développer de nouveaux savoir faire qui généreront davantage de business avec les mêmes ou de nouveaux clients. Ici aussi, le rachat de technologie ou de savoir-faire peut-être efficace et plus rapide.

*Stratégie de consolidation:

Ce choix stratégique est consécutif à une des stratégies précédentes. Bien qu’aucun levier ne soit activé, il faut savoir faire mûrir cette phase sur le long terme en vue d’une logique de pérennité.

*Stratégie de recentrage:

Quelle que soit l’origine de ce choix, il est nécessaire à toute logique de rebond. C’est également une phase intermédiaire dans la trajectoire globale d’une entreprise. Soit dans le but de consolider sur les activités “phares” de l’entreprise ou lors de saut technologique trop important à faire pour évoluer sur ces marchés.

*Stratégie de rupture:

Un événement arrive ou à venir, oblige à un changement radical de stratégie. Cela peut se retrouver sur le produit, la technologie. L’entreprise change tout et en même temps, ce qui présente l’opportunité d’écrire une nouvelle page. La logique de retournement n’est pas sans risque, mais peu s’avèrer parfois salutaire (concurrence mondiale par des produits trop bas coût par exemple.)

Il existe donc bien pas une mais des stratégies.De nombreux paramètres entrent en ligne de compte pour faire ses choix. Notamment: le timing, le marché et surtout l’envie. Tout ceci n’est pas toujours rationnel, mais relève aussi du flair, de l’audace et de sa bonne étoile.

 

On retiendra:

  • Il n’existe pas de stratégie idéale, ni pérenne
  • La stratégie se décide en fonction de plusieurs paramètres comme, le marché, l’évolution, le timing, … .
  • Ne pas décider peut être une stratégie, mais s’avère souvent mauvaise
  • Une stratégie n’est pas toujours rationnelle.

Soyons stratégique, soyons audacieux et partageons nos stratégies avec nos collaborateurs.

J. Keire

theos.fr

 

Pour aller plus loin:

Piloter la stratégie

 

 

Faut-il dire stop aux primes de productivité ?

réduction des coûts
Réductions des Coûts, ne rien négliger !!

Fermer