Management : Savoir adapter son style !!!

management

Parmi les leviers organisationnels et relationnels permettant de s’adapter à toutes les situations, il reste le seul, l’unique, le principal : LE management

Votre style de management a un fort impact sur les résultats de votre équipe . Il en dit aussi beaucoup sur votre personnalité de manager et sur celle de vos collaborateurs. Cependant, si on y regarde bien de plus près, il n’existe pas qu’un seul style de management, mais bien plusieurs. En effet, vous devez sans cesse adapter votre management à la situation et aux individus. Directif pour certains, participatif pour d’autres, on dénombre pas moins de quatre grands styles de management. Bien les connaître vous permettra de mieux communiquer avec vos collaborateurs et d’anticiper. C’est là, tout l’art et toute la force du management efficace.

 

Le style directif

Le premier, c’est le style directif . Cela ne veut pas dire « autocrate », qui s’impose sans jamais écouter. Le style directif, c’est tout simplement dans le sens de donner des directives. C’est-à-dire que j’actionne les leviers organisationnels pour être dans l’action. Il se base sur des leviers relationnels forts et sur l’encouragement. Le style directif possède un côté peu sympathique, mais il n’y a pas besoin d’aboyer ou de crier pour être directif. C’est le style dans lequel, vous cadrez, vous structurez, vous donner des explications avec pour but d’encourager et de valoriser. Vous donnez des instructions précises pour structurer la tâche. C’est un mode de management qui fonctionne bien avec les débutants, qui, s’ils sont lancés seul dans le grand bain peuvent avoir des difficultés à faire et surtout à faire-faire. Vous évaluez, au fond, qu’ils savent pas très « bien » répondre, malgré toutes leurs compétences, à ce que vous leur demandez, mais ils sont d’une grande motivation. Vous êtes dans la structuration, c’est dans un modèle de management situationnelle efficace et sécuritaire.

 

Le style persuasif

Le style persuasif, c’est un style dans lequel vous allez, à la fois, donner du cadrage, des explications, mais en plus de cela travailler sur l’encouragement et sur la valorisation. Pour cela, vous expliquez, vous formez, vous encourager, vous soutenez, le collaborateur.C’est un style, évidemment, qui nécessite beaucoup d’investissement et d’énergie. C’est donc un style dans lesquels, vous devez mobiliser, entraîner votre collaborateur , le supporter, le rassurer tout cela en restant dans un cadre défini au préalable.

Vos collaborateurs donnent leur avis. Vous les consultez, mais c’est vous qui décidez. Toutefois, toutes vos décisions sont expliquées et vous mettez un point d’honneur à encourager les progrès et la remise en cause.

Si vous demandez quelque chose, comme la tenue de tableau de bord, et que vous sentez que votre collaborateur sait faire, mais qu’il n’a pas très envie de s’y mettre. Vous devez adapter votre niveau de management. les meilleurs leviers organisationnels n’ont pas besoin de beaucoup d’explications, de cadrage, de structuration. En revanche, vous allez plutôt écouter, valoriser, montrer que le collaborateur a tout autant intérêt que vous à l’action.

management lean

Le style participatif

le style participatif c’est celui dans lesquels, vous écoutez, vous impliquez le collaborateur pour faire agir. Vous allez lui faire trouver ses propres solutions. C’est cela qu’on appelle le style participatif. Dans ce modèle là, bien entendu, vous pouvez avoir aussi l’idée que « participatif » voudrait dire que tout le monde participe. Ce n’est complètement cette signification là, que nous prenons dans ce style. le modèle du management participatif dans lequel vous associez la personne, vous l’épauler, mais pour qu’elle fasse par elle-même . Seul vous revient, l’animation, l’entraînement et la décision finale.

Si vous êtes adepte du management participatif, vous êtes un « facilitateur ». Vous attachez une grande importance à la montée en compétence de vos collaborateurs. La marque du management participatif, c’est la prise de décision en collectif. Chaque point de vue est pris en compte. Le management participatif créé un fort sentiment d’appartenance et des équipes soudées, propice à la performance et aux changements. Mais attention, il laisse aussi sur le côté ceux qui n’arrivent pas à s’intégrer à ce type de fonctionnement. Lorsque vous êtes face à un expert autonome quelqu’un qui sait bien faire, qui a envie de faire, quel autre style pouvez vous prendre : le style délégatif.

 

Le style délégatif

le style délégatif, c’est un mode dans lequel vous allez complètement faire confiance . Le management délégatif se caractérise par une transmission de la prise de décision et de la résolution de problèmes. Vos collaborateurs sont autonomes. Présent quand il le faut, vous jouez le rôle du « conseiller » que l’on consulte en cas de besoin. Vous déléguez et donc vous confiez véritablement une responsabilité au collaborateur . C’est le style ultime dans lequel tous managers devraient rentrer. Vous ressentez bien que si vous voulez pouvoir consacrer le maximum d’énergie et de temps sur les sujets importants et qui vous passionne ( ou pas),vous avez tout intérêt à amener votre équipe vers le niveau d’autonomie. Équipe autonome, pour que vous puissiez pleinement, vous appuyez sur elle .Qu’elle soit pleinement responsable, que vous puissiez complètement lui confier les décisions d’un certain nombre de sujets, de tâches

Comme vous le voyez, les styles de management ne sont pas fixes. Vous devez pouvoir adapter votre management à chaque situation. En tant que manager , vous vous adapterez donc, selon les circonstances, le management directif, le persuasif, le participatif ou bien, le management délégatif. Mais vous garderez aussi toujours en tête les points forts et les limites de chacun de vos collaborateurs. Le pire écueil serait de ne pas prendre en compte la capacité de votre équipe ou de votre collaborateur dans votre style de management.

 

On retiendra:

  • Il n’y a pas un style de management, mais des styles
  • Le management situationnel ( en fonction de la situation) doit être votre vision long cours.
  • Il faut bien connaître les limites, les meilleurs styles applicables à vos équipes et collaborateurs.
  • C’est vous qui devez vous adapter et non à vos équipes de s’adapter à vous.

Restons adaptable, à l’écoute, et en veille permanente.

J. Keire

theos.fr

 

Pour aller plus loin:

Le rôle du manager : slideshare

 

Lean
Faut-il brûler le Lean ?

lean est ce necessaire
Le Lean est-ce nécessaire ?

Fermer