Brainstorming inversé: Débloquons la situation

theos brainstorming

Lors de brainstorming, il m’arrive parfois d’être désappointé par un mutisme collectif, pas de la timidité , non, mais le syndrome du « pas d’idées », bref: rien ne sort !!!

Cette solution vient souvent a mon secours : le reverse brainstorming ou brainstorming inversé !!

Qu’est-ce donc?

Au lieu de partir du problème, de la situation, on se met en position de savoir comment cela pourrait être pire. Quels sont tous les phénomènes, moyens, situation qui pourraient nous empêcher de… . On tente de se mettre dans la situation opposée à celle que l’on cherche.

La fameuse loi de Murphy avec pour quelques définitions:

      • « Rien n’est aussi simple qu’il y paraît ».
      • « Tout prend plus de temps que ce que vous croyez. »
      • « Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal. »
      • « S’il existe plusieurs façons pour les choses de mal se passer, c’est celle qui fera le plus de dégâts qui se produira. »
      • « Corollaire : C’est au pire moment que les choses tourneront mal. »
      • « Si quelque chose « ne peut tout simplement pas mal tourner, ça tournera mal quand même. « 

« Voici donc quelques visions des plus « optimistes » de Murphy !!! »

En prônant une vision inverse à la situation, cela permet de déclencher la créativité. Comment rendre la situation plus grave, plus dégradée, plus complexe, … ? Capable du meilleur comme du pire, mais dans le pire je suis le meilleur disait le groupe FFF et en effet, parfois, la vision négative permet de déclencher une avalanche d’idées.

Dans quelles situations utiliser le brainstorming inversé ?

Principalement dans des situations de blocage, mais aussi pour envisager le pire: lorsque l’on établi un Plan de Reprise d’Activité par exemple. Savoir évaluer l’impact d’un enchaînement de catastrophes pour prévoir, anticiper et proposer des moyens de prévention. ( lien: P.R.A. )

Mais cela se prête très bien aussi lors :

      • De traitement de problèmes complexes, quand on ne sait plus par quel bout le prendre,
      • De la constitution d’un groupe de travail trop homogène,
      • d’une situation nécessitant de sortir du cadre standard,
      • D’une situation conflictuelle en réunion, pour désamorcer
      • Ou tout simplement pour ouvrir les horizons quand on se trouve dans une impasse.

Les étapes clés:

Savoir poser le problème, la situation:

Les outils classiques du brainstorming: réunion, paperboard ou tableau blanc.

Comme toujours, un problème bien posé est à moitié résolu. Donc l’outil QQOQCP est là pour vous aider. ce n’est pas parce que l’on va prendre le problème à l’envers qu’il ne faut pas rester méthodique.

Savoir retourner le problème ou la situation

par exemple: Comment augmenter le taux de valeur ajoutée en production => Comment perdre plus de temps ? Comment gaspiller plus de ressources ? Et si on arrêtait de maintenir nos machines?

Ne pas hésiter à faire une liste de toutes les questions qui pourraient nuire à la situation ou au problème posé. Noter toutes les situations vécues qui ont conduit à des impasses par le passé.

Savoir trouver les causes racines

Toujours répondre aux problèmes en identifiant les causes racines, même dans la situation inversée. utilisez les « 5P »- « 5Why » ou Ishikawa pour vous aider à amplifier vos problème, bien être certain de pourrir la situation, de s’enliser dans la difficulté.

Renverser la situation

Après avoir dénichés, les meilleures astuces et véritables moyens de destructions, il suffira d’en inverser les effets pour remonter à vos solutions et revenir à la réalité.

A l’origine : Comment remotiver les collaborateurs => Devenu: Comment démotiver nos collaborateurs : Supprimer les primes, stopper les réunions de management et la pire: mettre en panne les machines à café !!! What Else !!!

Quelques possibilités de résolutions: Communiquer auprès des collaborateurs sur les résultats et la teneur des primes sur objectifs, accroître les réunions managériales et de brainstorming collectif, demander aux prestataires de doubler la machines à café et lui offrir un espace de stockage pour ses consommables… .

Le reverse brainstorming, est donc un outil simple et efficace. Il faut y avoir recours que ponctuellement pour qu’il garde sa force. C’est un outil à manier avec prudence, car il faut garder la maîtrise de l’exercice et de la bonne tenue du brainstorming . L’emballement soudain est souvent de mise et peut-être contre productif pour la réflexion et trouver les réelles solutions.

A retenir:

      • Le reverse brainstorming permet de se sortir d’une situation de blocage
      • Ne pas minimiser ou brider les idées, même dans le pire
      • Il faut strictement respecter les règles du brainstorming classique
      • Sortir du cadre fait souvent beaucoup de bien

Brainstormons, repoussons nos limites et restons inventif.

J. Keire

Theos.fr

 

Pour aller plus loin:

Résoudre les problèmes en les prenant à l’envers – Maurice Ashley : Lien

 

theos gestion de projet
Comment ne plus rater ses projets ?

innovation
Innovation : Pourquoi et comment la mesurer ?

Fermer