Pourquoi les tableaux de bord visuels échouent ?

Les tableaux de management visuel, peuvent-il être de trop !


Dans une organisation Lean, vous devriez au premier coup d’œil dire si le système de management visuel fonctionne ou non. Les murs ont été affublés de tableaux et de graphiques, qui ont parfois tendance à ressembler à une collection. Tout le monde succombant à la mode et donc sans cohérence globale de l’ensemble.

En premier lieu, vous essayez de comprendre quels tableaux de management visuel s’appliquent à quel processus. Une fois que vous avez déterminé quels tableaux s’applique à quoi, vous commencez à examiner les données présentées. Et c’est alors que vous ne trouvez pas l’unité de tous ces tableaux.

Dans une majorité des entreprises, il existe une culture consistant à cacher les informations embarrassantes. Personne n’a vraiment envie d’exposer ses faiblesses, les problèmes comme s’ils n’appartenaient pas à l’entreprise, mais aux individus eux-mêmes.

C’est en soi un problème majeur qui va à l’encontre de l’objectif du management visuel. Le management visuel a pour objectif majeur de mettre en exergue les problèmes, les dérives, les alertes afin de nous permettent de réagir au plus vite à la non-qualité, à la variabilité, aux tendances négatives.

Des tableaux de bord visuels efficaces doivent permettre à chacun de savoir en temps « réel » comment le processus fonctionne. Pour y parvenir, les organisations doivent définir clairement les processus et les indicateurs qu’elles souhaitent visualiser. Tout ceci dans une unité de fonctionnement et non dans une somme d’individualité.

Les tableaux de bord visuels créent de la clarté et non de l’affichage.

Les organisations qui échouent avec les tableaux de bord visuels se heurtent à deux écueils majeurs : l’intérêt global des informations pour l’ensemble des participants et la tenue dans le temps : la pérennisation.

Comme toute démarche et non une mode, le management visuel doit prendre du temps. C’est une transformation culturelle majeure. Une réelle volonté de transparence, et d’honnêteté intellectuelle « managériale » doit éclore

Ne jamais perdre de vue l’objectif, »actionner » les collaborateurs. c’est-à-dire, les mettre en action. On peut faire de magnifiques tableaux, numérisés même, mais l’intérêt du management visuel ne se mesure qu’à la vie du plan d’action qui en résulte.

On retiendra :

  • Le management visuel nous demande de la réflexion, du temps.
  • Les indicateurs doivent nous montrer et non justifier.
  • Le management visuel ne sert qu’à pousser à l’action.
  • Le plan d’action est la seule résultante d’un management visuel efficace.

Soyons simple, clair, transparent et surtout dans l’action

J. Keire
theos.fr

Pour aller plus loin :